La préservation de l’environnement au cœur d’un débat d’idées à l’Institut Français

Le 04/04, L’Institut Français et l’Ambassade de France en Côte d’Ivoire ont organisé une journée sur le thème "Peut-on encore sauver les forêts ivoiriennes ?", qui s’est déroulée en deux temps : le matin pour les scolaires, et l’après-midi pour le grand public, avec une représentation théâtrale et un débat à chaque fois.

La préservation de l'environnement au cœur d'un débat d'idées à l'Institut Français - JPEG

La pièce de théâtre "Parc National de Taï : Y’a pas drap ?" de Luis Marques souligne l’importance de la préservation de ces espaces forestiers, gérés par l’Office ivoirien des parcs et réserves (OIPR), et s’attache à démontrer les apports du Parc pour les villages riverains, tant en termes de production agricole que sur la consommation de l’eau. Elle dénonce par ailleurs l’orpaillage, phénomène croissant en Côte d’Ivoire, en plus du braconnage (viande de brousse et poissons) et de l’exploitation du cacao dans les zones préservées.

La représentation pour les scolaires a réuni près de 450 élèves et professeurs, issus de différentes écoles à programme français et ivoirien. Les élèves ont pu échanger directement avec le dramaturge et metteur en scène, Luis Marques, ainsi qu’avec des représentants de l’OIPR et de la WCF. L’enthousiasme était présent et de nombreuses questions ont été posées.

L’après-midi, près de 200 personnes se sont déplacées pour assister à la représentation théâtrale, organisée sous le haut-patronage du Ministre de l’Environnement et du développement durable. Le panel d’intervenants réunissait le directeur général de l’OIPR, M. Adama Tondossama, la directrice générale des forêts et de la faune, Lieutenant-Colonel Zouzou, un chercheur du CIRAD spécialiste de la modélisation mathématique appliquée à l’écologie et la foresterie tropicale, M. Bruno Hérault, et le président de l’Observatoire ivoirien pour la gestion durable des ressources naturelles (OI-REN), M. Youssouf Doumbia.

La préservation de l'environnement au cœur d'un débat d'idées à l'Institut Français - JPEG

publié le 09/04/2019

haut de la page