L’IRD a fêté ses 73 ans en Côte d’Ivoire !

Le vendredi 1er mars 2019 à Abidjan, la représentation de l’Institut de recherche pour le développement (IRD) a célébré les 75 ans de l’Institut dans le monde et ses 73 ans en Côte d’Ivoire.

A cette occasion, l’Institut Français a accueilli une exposition sur des thématiques de recherche abordées par l’IRD en Côte d’Ivoire et deux conférences scientifiques grand public. Cette journée s’est achevée par une réception à l’Ambassade de France en présence de Madame Mariatou KONE, Ministre de la Solidarité, de la Cohésion Sociale et de la Lutte contre la Pauvreté.

Logo 75 ans IRD - PNG

Acteur français majeur de l’agenda international pour le développement, l’IRD entretient un partenariat scientifique équitable avec les pays en développement et en voie d’émergence, notamment en Afrique subsaharienne et en particulier en Côte d’Ivoire où il est présent, de manière ininterrompue, depuis 1946 : la plus ancienne implantation de l’IRD à l’étranger.

- L’IRD en Côte d’Ivoire, c’est plus de 25 personnes, dont 18 chercheurs et ingénieurs expatriés basés dans les laboratoires des universités, grandes écoles et établissements de recherche d’Abidjan et de Bouaké, sans compter 7 agents titulaires de droit local en appui aux activités de recherche.

L'IRD a fêté ses 73 ans en Côte d'Ivoire ! - JPEG

- L’institut français de Côte d’Ivoire a accueilli un public nombreux (près de 150 personnes) composé non seulement de scientifiques, doctorants et responsables d’universités, grandes écoles et institut de recherche mais aussi de non spécialistes désireux d’en savoir davantage sur le fruit de ce partenariat scientifique franco-ivoirien.

Les deux conférences ont porté sur des thématiques où le partenariat a été particulièrement productif : le monde végétal et la santé humaine.

Serge HAMON, généticien des plantes à l‘IRD, qui a travaillé de nombreuses années en Côte d’Ivoire, est venu spécialement de Montpellier (France) pour retracer l’histoire au long cours des plantes et de l’Homme, qu’il aborde plus en détail dans un livre paru en janvier 2019 aux éditions IRD et Quae. Ce conférencier était entouré de quatre universitaires ivoiriens avec qui il entretient depuis de nombreuses années des relations privilégiées : les Professeurs Sélastique AKAFFOU, de l’Université Jean Lorougnon Guédé, Séverin AKE et Nazaire KOUASSI de l’Université Félix Houphouët Boigny et Irié Arsene ZORO BI de l’Université Nangui Abrogoua. Ceux-ci ont animé en qualité de panélistes, au côté du conférencier, le débat avec le public.

Un autre chercheur de l’IRD, Vincent JAMONNEAU, basé dans un laboratoire du Centre Pierre Richet de Bouaké (IPR/INSP), nous a parlé des recherches sur la maladie du sommeil, transmise par la mouche Tsé-Tsé, qui a presque disparu de Côte d’Ivoire mais qui risque de redevenir rapidement un fléau de santé publique si aucune mesure d’élimination définitive n’est prise rapidement. Il était accompagné par trois chercheurs ivoiriens avec qui il collabore étroitement : le Docteur Dramane KABA de l’Institut Pierre Richet, le Professeur Mathurin KOFFI de l’Université Jean Lorougnon Guédé et le Docteur Lingué KOUAKOU du programme national d’élimination de la trypanosomiase humaine africaine.

Des supports visuels, sous forme d’une exposition intitulée "Des vecteurs, des maladies" et d’une dizaine de posters portant sur les activités menées conjointement par les équipes de l’IRD et de Côte d’Ivoire ont été présentés dans le hall d’entrée de l’Institut, quelques jours avant et pendant la conférence, rencontrant un franc succès auprès d’un public curieux et avide de questions.

L'IRD a fêté ses 73 ans en Côte d'Ivoire ! - JPEG

- A la Résidence de France, l’ambassadeur Gilles HUBERSON a souhaité célébrer cet anniversaire en réunissant autour d’un verre de l’amitié plus d’une centaine de personnes ; scientifiques français et ivoiriens ainsi que des personnalités du monde académique, présidents d’universités et de l’académie des sciences, directeurs de cabinet et directeurs de grandes écoles et instituts de recherche.

La Ministre de la Solidarité, de la Cohésion Sociale et de la Lutte contre la Pauvreté, le Professeur Mariatou KONE a tenu à se rendre à cette réception, moins en sa qualité de ministre que celle d’ancienne doctorante dans les années 90 sous la direction d’un chercheur de l’IRD, ce qu’elle n’a pas manqué de rappeler dans son intervention, faisant part "de sa fierté d’appartenir à une telle famille scientifique marqué par de solides amitiés et une grande convivialité" et qualifiant l’institut de "celui qui m’a formé à la recherche". Dans son allocution de bienvenue, l’ambassadeur de France a insisté sur les réalisations de l’IRD en Côte d’Ivoire et dans la sous-région, citant les contributions déterminantes des chercheurs de l’IRD dans la lutte contre le paludisme (par l’invention des moustiquaires imprégnées), dans la lutte contre l’onchocercose (par la mise en œuvre d’une stratégie d’élimination) ou encore dans la génétique des plantes (pour l’amélioration de la filière café). Le représentant de l’IRD, Jean-Marc HOUGARD, a quant à lui mis l’accent sur le rôle de l’institut comme acteur majeur, au niveau international, de la recherche pour un développement durable qui répond aux besoins des générations présentes sans compromettre la capacité des générations futures, rappelant que c’est dans la zone intertropicale que l’on rencontre les plus fortes vulnérabilités écologiques, sociales et politiques en matière de développement.

- Au terme de cette journée, la célébration des 75 ans de l’IRD et des 73 ans en Côte d’Ivoire aura confirmé la place de premier plan que l’IRD occupe au sein du paysage scientifique ivoirien et les relations de confiance, de respect mutuel et d’amitiés que ses chercheurs entretiennent, à l’image des relations que la France entretient avec la Côte d’Ivoire, avec la communauté scientifique ivoirienne.

publié le 11/03/2019

haut de la page